• Cérémonie sobre...

    afleurs1-jpg.jpg Et voilà une âme de plus là-haut ce matin est allée rejoindre tant d'autres aimées.

     

    J'appréhende ces cérémonies où l'émotion et la tristesse ne sont qu'une sorte de sentiment d'abandon amenant sur le visage des larmes légitimes c'est un fait mais que rien ne peut freiner.

     

    Je pensais aux nombreuses célébrations auxquelles j'ai assistées,  où dans l'église souvent glacée les paroles dites en litanie interminable faisaient pleurer même un anonyme inconnu.

     

    La cérémonie d'adieu au cousin fut telle qu'il l'avait souhaitée, car il pressentait son départ, et dans la grande église le temps s'est écoulé en communion avec lui.

     

    Pas de palabres et de prières en invocation, mais d'abord c'est un fait et normal la personne préposée au déroulement de la messe a parlé sobrement du défunt, de son parcours de vie, travail et amour pour les siens et  courageux dans sa maladie soudaine sur la fin de ce chemin de soixante et onze ans.

     

    Sur chaque chaise il y avait une double feuille avec la photo du cousin souriant, l'oeil vif espiègle, et l'explication du déroulement de la cérémonie.

     

    Accompagnement de chants mêlés plus ou moins religieux  connus, choisis par lui et son fils pour certains.

     

    La chanson d'Alain Delorme :

    _ " Trouver dans ma vie ta présence  " fut la première à être interprétée, puis il y eut le :

    _ " Clair de lune  " de Debussy et une Ode au seigneur de Bach.

     

    L'émotion a été grande lors de :

     _" Suliram berceuse africaine chant magnifique de Miriam Makeba, suivi de :

    _ " La bohême " de Puccini par Maria Callas, et le final a été :

    _" Streets of Philadelphia de Bruce Spingsteen ".

     

    J'étais vraiment sous le choc émotionnel mélangé à un ravissement imaginant le sourire du cousin.

     

    En même temps je pensais pourquoi dans cette église un deuil peut être sobre respectueux émouvant triste sans tomber dans le catholicisme des " amen " et des " méa culpa " etc...comme tant d'autres...

    165__bouquet-pour-un-deuil.gif

     

     

     

    « L'amour ne disparaît jamais.Cabourg et alentours... »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    2
    Dimanche 15 Août 2010 à 09:42

    j'ai assisté à une cérémonie rituelle chez les kanaks. C'est tout à fait différent car la mort a toujours été intégrée dans leurs coutumes ancestrales. Il y a même, une certaine joie dédiée au défunt.

     

    Pour la mise en terre, je ne suis pas allé avec la tribu, je les ai laissé entre eux.

    Belle journée et amitiés.

    1
    Dimanche 15 Août 2010 à 09:09

    En ce 15 Août, j'ai une pensée émue pour tes chers disparus. Je suis comme toi, je préfère les messes "modernes" plutôt que les messes classiques.

    A bientôt. Amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :