• Entendre...

     

     

    Petit poème

    L'ouïe.

     

    Après des jours des nuits, isolée en  silence

     

    *

     Un bourdonnement résonne dans le pavillon

     

    *

    Bonheur se dit-elle enfin pas loin une présence

     

    *

     Pépiements chuchotements parmi d'autres sons

     

    *

     La comble d'aise en découverte sans indécence

     

    *

    Cris de joies colère douleurs arrivent en trublion

     

    *

    Là voici désenchantée telle une fée en démence

     

    *

    Oreille dont l'ouïe se retrouve  dans un tourbillon

     

    *

    Ne regrette pas l'isolement car belle est la présence

     

    *

    De l'être aimé par qui la voix mélodieux sera le son

     

    *

     

     

     

    19 novembre 2009.

    « Hypocondriaque !Les bons-becs... »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Samedi 3 Juillet 2010 à 18:25

    Bonjour Ederza

    Ouïe maligne qui ne veut entendre que ce qu'elle veut entendre ! Ouïe fine qui transmet les sons de l'être aimé c'est parfait .

    Amitiés et bisous - daniel

    2
    Dimanche 15 Mai 2011 à 10:21

    Belle journée de dimanche.... Amitiés

    3
    Lundi 16 Mai 2011 à 16:34

    Une ouïe ficelle qui veut entendre que son être aimé

    Amitiés Ederza - daniel

    4
    Mary-Anne
    Lundi 8 Juillet 2013 à 18:44

    Ce poème est magnifique .... et me parle plus que ceux de certains grands poètes

    5
    clo le
    Lundi 8 Juillet 2013 à 18:44

    Encore une jolie poésie, les deux derniers vers sont très romantiques.

    6
    christophe
    Lundi 8 Juillet 2013 à 18:44

    Beau poème, jolis mots, bisous*

    7
    PAOLO
    Lundi 8 Juillet 2013 à 18:44
    Magnifique poème Ederza, que de tendresse dans ces mots.
    Espéront que la voix de l'être aimé saura combler ta solitude
    bises amie
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :