• peur.gif  

    En ce jour un article, disons au langage comment dire, un peu argotique, autre que le mien, il faut  bien sourire de temps à autre et écrire ce que je lis parfois, dont cette expression que je vous résume lue dans mon petit recueil.

     

    Pour changer un peu les idées car en ces jours perturbés, le trouillomètre est quasiment à zéro pour un grand nombre de personnes, donc cet article est un petit décompresseur si on veut.

     

    Il a le trouillomètre à zéro, c'est à dire il a très peur.

     

    Sur le modèle du thermomètre qui donne la température, le suffixe " mètre " faisant référence à un instrument de mesure, le trouillomètre serait un appareil servant à quantifier la frousse.

     

    En réalité, on n'a jamais eu besoin d'un tel objet car la peur, on l'éprouve physiquement.

     

    On a les miches qui font bravo quand les fesses tremblent, on joue des castagnettes lorsque les testicules s'y mettent, et en claquant des dents on a les chocottes, un mot qui viendrait de chicot " dent " ou de choquer, au sens propre de heurter...

     

    Le trouillomètre n'est pas la seule trouvaille linguistique dans le genre, puisqu'on peut juger au pifomètre "approximativement ", ou ouvrir son déconophone pour dire des bêtises, le suffixe "phone"ayant donné Gramophone, électrophone, téléphone...

     

    Donc j'espère bien n'avoir pas ouvert, parfois,  mon déconophone, afin que vous ayez le trouillomètre à zéro...!

     

     

    150157_979163764_lapin_H104721_L.jpg 

    A BIENTÔT

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique