• Maman Chauvier...

     

    Dans cette chanson Serge Lama évoque sa maman,  ayant dit-il n'avoir pas encouragé la carrière de son papa Georges Chauvier qui aurait pu chanter sur de grandes scènes, mais  le destin  décide...

    Serge Lama natif de Bordeaux, fils unique de Georges Chauvier, chanteur d'opérette et de Georgette Ponceaud.

    Il y passe une petite enfance heureuse, baigné par les airs du répertoire lyrique et les chants de Luis Mariano.

    Il va en vacances en Dordogne, chez sa grand-mère maternelle.

    En 1950, face au succès rencontré dans la région de Bordeaux, son père décide de tenter sa chance à Paris.

    Serge a alors sept ans, ses parents le confient à sa grand-mère.

     

     

     

     

    Il y reste six mois, demi-pensionnaire chez les frères, avant de rejoindre ses parents dans la capitale.

    Entre 1951 et 1954, la famille vit petitement dans une chambre d’hôtel, 19 rue Duvivier, dans le 7e arrondissement.

    En mal de succès, la carrière de son père a du mal à démarrer.

     

     

     

    Maman Chauvier...

     

     

    Il aime aller chercher son père au théâtre des Capucines et traîner dans les coulisses.

    Il écrit ses premiers textes dont sa première chanson vers 1954.

    Il écoute Georges Brassens, Gilbert Bécaud, Édith Piaf, Maurice Chevalier et les opérettes.

     

    Poussé par sa femme qui ne supporte plus cette vie, son père renonce à sa carrière de chanteur et devient représentant pour un brasseur de bière.

    La famille s'installe dans un appartement d'Issy-les-Moulineaux.

    Serge inscrit au lycée Michelet de Vanves ne s'intéresse pas beaucoup aux études.

    En revanche, c’est avec plaisir qu’il intègre la troupe de théâtre amateur du lycée.

    Il ne supporte pas d’être éloigné du milieu artistique, et en veut beaucoup à sa mère.

    Il quitte l’école sans aucun diplôme, et s'inscrit dans une école de dessin.

    Il sèche les cours pendant un an et se sauve de chez ses parents etc...

    Un ami de son père, Marcel Gobineau, devient son maître et son ami, Serge lui dédiera plus tard la chanson Mon ami, mon maître.

    En face du Théâtre des Capucines se trouve un music-hall, l'Olympia où il rêve de chanter un jour....

     

    Maman Chauvier...

     

     

     

    Partager via Gmail

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique