• Halloween et les bonbons.

    Winnie The Pooh Bear

     

    C'est une coutume bien ancrée en France depuis un certain temps, ça n'existait pas quand mes enfants étaient très jeunes.

    De toute façon ils ne seraient pas aller toquer aux portes, surtout le soir, préférant rester à la maison regarder un programme télé, ou faire des jeux familiaux ou jouer de leur instrument de musique, mais chaque époque a des coutumes.

    Pour ne pas déroger à cette  fête et ne pas décevoir les enfants des maisons avoisinantes, chaque année je fais provision de bonbons divers, et à chaque toc-toc sur la porte c'est la  distribution, et leurs mercis fusent en riant.

     

     

     

     

    Certains passent tôt maintenant, alors c'est très bien, moins dangereux et on peut mieux  voir leurs visages maquillés heureux, ainsi que certains déguisements mais pas trop affreux.

    J'apprécie que certains petits soient accompagnés quand c'est le soir de grands frères et/ou sœurs, c'est plus sécurisant.

    Ci-dessous la devanture de la maison des enfants  de Lille décorée par Mika l'année précédente...

     

    31020 10151153547165678 272725632 n

    *

    Halloween et les bonbons.

     

     

    L’origine des coutumes de Halloween.

    Vous retrouverez ci-dessous une liste des coutumes fréquemment observées ainsi que leurs anciennes racines.

     Les Celtes et autres Européens portaient des masques lorsqu’ils sortaient de leurs maisons le soir afin d’éviter d’être pris par les fantômes pour un esprit ami.

    Les gens se déguisaient afin de personnifier les revenants, et ils dansaient et chantaient afin de tenir les mauvais esprits éloignés.

    Les catholiques se déguisaient en saints, en anges et en démons pendant la période de Hallowmas.

    Avant la réforme protestante, les femmes et les jeunes filles allaient de porte en porte en chantant et en mendiant des gâteaux.

    Les paysans irlandais du XVII siècle allaient de porte en porte demandant des dons pour célébrer une fête en l’honneur de sainte-Colombe qui, croyaient-ils, avait remplacé le seigneur des morts.

    Jusque vers 1900, les Irlandais faisaient la tournée en demandant des contributions au profit de Muck Olla, un sanglier géant légendaire.

    Les druides faisaient brûler des feux de joie afin de repousser les mauvais esprits le 31 octobre.

    Les adorateurs se servaient de ces feux pour des holocaustes et des offrandes de produits agricoles à leur dieu soleil, ils rallumaient aussi les feux de foyer dans leur maison afin de les protéger contre les mauvais esprits.

    Les Écossais préparaient ces feux, qu’ils appelaient Samhnagan, non pas en l’honneur de Samhain, mais pour célébrer Halloween et l’arrivée de l’hiver.

    L’Église catholique a poursuivi la tradition des feux de joie le jour des Morts, le deux novembre.

    Distribuer des fruits et des noix, des bonbons,  provient peut-être du jour de Pomona, nommé ainsi en l’honneur de la déesse romaine des fruits, des arbres, de la récolte et de la fertilité.

    Ils étaient utilisés dans des jeux de divination.

    Citrouilles d’Halloween, en anglais, on appelle cela Jack-o’-lantern et le nom provient peut-être d’un gardien de nuit.

    Dans les îles Britanniques, on utilisait communément des navets ou des rutabagas, les citrouilles sont une tradition américaine.

    En Grande-Bretagne, les gens vidaient les navets à l’intérieur desquels ils plaçaient une chandelle afin de faire une offrande de nourriture aux morts ensuite on les plaçait à l’extérieur des maisons afin d’éloigner les esprits méchants .

     

    Halloween et les bonbons.

     

     

    A BIENTÔT

     

     
    Partager via Gmail

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique