• Grand-mère - texte.

    Grand-mère -texte.

     

    Un texte rempli de sagesse, de raisonnement, essayer de faire comprendre que sur le chemin de la vie il faut savoir regarder, aimer, pour apprécier ce qu'on a eu, ce qu'on possède, et que tout s'en va pour toujours à un certain moment...

     

    Grand-mère.

    Que fais-tu grand-mère, assise là, dehors, toute seule ?

    Eh bien, vois-tu, j’apprends.

    J’apprends le petit, le minuscule, l’infini.

    J’apprends les os qui craquent, le regard qui se détourne.

    J’apprends à être transparente, à regarder au lieu d’être regardée.

    J’apprends le goût de l’instant quand mes mains tremblent, la précipitation du coeur qui bat trop vite.

    J’apprends à marcher doucement, à bouger dans des limites plus étroites qu’avant et à y trouver un espace plus vaste que le ciel.

    Comment est-ce que tu apprends tout cela grand-mère ?

    J’apprends avec les arbres, et avec les oiseaux, j’apprends avec les nuages.

    J’apprends à rester en place, et à vivre dans le silence.

    J’apprends à garder les yeux ouverts et à écouter le vent.

     

    Grand-mère - texte.

     

    J’apprends la patience et aussi l’ennui.

    J’apprends que la tristesse du coeur est un nuage, et nuage aussi le plaisir.

    J’apprends à passer sans laisser de traces, à perdre sans retenir et à recommencer sans me lasser.

    Grand-mère je ne comprends pas, pourquoi apprendre tout ça ?

    Grand-mère - texte.

    Parce qu’il me faut apprendre à regarder les os de mon visage et les veines de mes mains, à accepter la douleur de mon corps, le souffle des nuits et le goût précieux de chaque journée parce qu’avec l’élan de la vague et le long retrait des marées j’apprends à voir du bout des doigts et à écouter avec les yeux.

     

    Grand-mère - texte.

     

    J’apprends qu’il faut aimer, que le bonheur des autres est notre propre bonheur, que leurs yeux reflètent dans nos yeux et leurs coeurs dans nos coeurs.

    J’apprends qu’on avance mieux en se donnant la main, que même un corps immobile danse quand le coeur est tranquille.

    Que la route est sans fin, et pourtant toujours exactement là.

    _Et avec tout ça, pour finir qu’apprends-tu donc grand-mère ?

    J’apprends, dit la grand-mère à l’enfant, j’apprends à être vieille !

    Joshin Luce Bachoux

    Grand-mère - texte.

     

    Grand-mère - texte.

    A BIENTÔT

     

    « Suite de dimanche vers Wormhout.Un banc Un arbre Une rue...Eurovision 1971. »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    5
    Yves TRICOTET
    Samedi 9 Avril 2016 à 10:59

    Oui, ce texte est bien complet...

    Sur un air de Serge, bien approprié, c'est encore mieux...

    Bref, chez vous, chère amie, on est bien...

    Amitiés...

    Yves.

    4
    Jeudi 16 Avril 2015 à 08:07

    Grand' maman,

    Le récit de ta vie est accrochant,

    Ce texte, en lui, est passionnant !

    Pour un enfant, il est interrogatif..!

    Mais pour un adulte, édifiant.

    Je l'apprends, il est triste,

    Plus jeune, il me paraissait fantaisiste.

    Maintenant, chaque mot m'attire,

    Je les trouvent d'avantage réaliste.

    Chacune de ses pensées m'inspire.

    En vieillissant, je me sens de moins en moins artiste !

    Mais dans le fil du temps ..

    Je suis simplement ...

    Un figurant.

     

    Poètamateur

     

     

    3
    Mercredi 15 Avril 2015 à 18:38

    Bonsoir Mary

    Je n'aime pas trop faire les valises également .

    D'ailleurs je reporte à demain , trop beau dehors wink2

    Excellente soirée à toi

    De gros bisous

    2
    Mercredi 15 Avril 2015 à 09:28

    Très joli texte Mary, à méditer !!!!!

    Bonne journée, amitié à +++

    1
    Mercredi 15 Avril 2015 à 06:50

    Bonjour Mary

    Je te lis avec comme chaque fois beaucoup d'émotion .

    J'aime tes écrits qui touchent énormément ^^^^

    Très belle journée à toi

    Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :