• La visite à mon amie.

    La visite aujourd'hui.

     

    En ce jour, mon amie je viens vous rendre visite, dans ce village, non un gros bourg vous disiez, où je regarde le clocher de l'église, dont vous étiez si fière de dire :

      _ " Ah  qu'il est beau mon clocher, on le voit de quelque côté où on se trouve ! "

     

    Je le fixe, c'est vrai qu'il est beau, noyé dans les petits nuages courant dans le ciel.

    Vous aimiez les contempler lors de nos balades, et leur trouviez des formes,  votre petit rire résonne à mes côtés.

    Je parcours le sentier caillouteux menant à votre demeure, la dernière demeure, où vous êtes allée  rejoindre votre mari, accompagnée des êtres chers à votre coeur qui vous aimaient je pense avant vos aléas et départ définitif car l'oubli arrive vite !

    La visite  à mon amie.


    Les années précédentes, nous allions ensemble faire la visite aux tombes, fleurir celle où vous reposez maintenant, pour votre époux notre ami, puis celle de vos parents dont malgré votre grand âge vous parliez avec tendresse.


    Je vous comprenais car je vais à la rencontre des miens aussi devant leur dernière demeure.

     

    Mes parents, mes frères auront ma visite une autre semaine.

    J'avance dans cette allée, j'arrive mon amie, et me recueille, dépose les fleurs.

    Vous parlant tout bas, je vous murmure :

      _" Pas de crainte ma petite copine, ma chère amie, vos parents auront de jolies fleurs de votre part ".

    C'était une promesse, dont vous parliez et que je respecte.

    Et d'un pas lent je continue ma visite, entre ces tombes, ces chapelles dressées, sanctuaires, toutes ces allées fleuries comme si c'était une fête joyeuse.

    C'est la coutume, je la respecte, arrivant au bout de ce cimetière, là devant une ancienne tombe, je dépose un pot de chrysanthèmes  aux couleurs  rose-violine, pour vous mon amie à vos chers parents.

    En repartant, je ne puis m'empêcher, de songer à l'année passée, et à l'année prochaine, le temps passe, que nous réserve-t-il ?

    Je sors du cimetière où je vous laisse mon amie, jusque la prochaine fois, car ce n'est pas qu'aujourd'hui que je vous rends visite.

    Dans la rue je respire un bon coup d'air, et en avant, je rentre à la maison continuer le travail commencé et finir mon parcours de vie pour ceux qui sont là,  près et loin, qui existent, que j'aime tendrement.

    Aimer et être aimés

    Rien n'est plus beau.

    *

     

      ***

    Novembre

    Article écrit  après le départ ici-bas de mon unique amie, amputée, ne se plaignant jamais, je dirais qu'elle était même plus que ça, elle est toujours dans mes pensées.

     

    La visite aujourd'hui à mon amie.

     

     

     

    « Y'a des Zazous par Andrex.Hommage d'un ami Notre-Dame-De-Lorette. »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    6
    Samedi 11 Novembre à 11:14

    Nous avons encore le respect des promesses tenues et nous fleurissons les tombes mais je doute que ça continue encore longtemps après nous.

    Elle te manque ton amie, ça ce ressent tellement dans tes écrits.

    Bises

    5
    Vendredi 10 Novembre à 23:36

    une pensée pour ton amie

    et un gros bisous ma doucette

    4
    Vendredi 10 Novembre à 19:06

    Bonjour Marie

    C'est un bel hommage à ton amie , très émouvant aussi .

    Elle était ta soeur de coeur , c'est normal que tu y penses beaucoup .

    Je te souhaite une bonne fin de semaine.

    Gros bisous

    3
    Vendredi 10 Novembre à 18:35

    bonsoir Mary , un très bel hommage à ton amie !  et une pensée pour elle ...   bisous passe un beau weekend  A+

    2
    Vendredi 10 Novembre à 16:10

    Salut,

    C'est un beau texte pour une visite douloureuse.

    Bon week-end

    1
    Vendredi 10 Novembre à 14:42

    Beau texte ! Bisous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :