• Le parapluie Y.Jamait.

    Le parapluie Y.Jamait.

    Il pleuvait fort sur la grande route, eh bien oui c'est une chanson de Georges Brassens mais interprétée dans la vidéo par un " titi " dijonnais, en l'occurrence Yves Jamait.

    Yves Jamait, né le 28 octobre 1961 à Dijon, est un chanteur, auteur-compositeur-interprète qui est arrivé sous les feux des projecteurs sur le tard.

     

     

     

     

     

     

    Yves Jamait apprend tout d'abord la cuisine à Dijon (Côte-d'Or) au lycée Le Castel en 1975 et, en 1977, découvre la guitare mais surtout travaille dans divers domaines (il devient notamment cuisinier, manœuvre dans le BTP, animalier en laboratoire pharmaceutique, infographiste).

    Il ne forme son premier trio baptisé " De verre en vers " que tardivement et c'est en 2003 que le groupe sort son premier album De verre en vers et change de nom pour s'appeler désormais Jamait.

    Grâce au soutien de Jean-Louis Foulquier animateur sur France Inter qui reconnaît dès ses débuts son talent d'écriture il est présenté à l'animateur de télévision Patrick Sébastien qui devient son producteur.

    Le premier album du trio est réédité en 2005 et son deuxième album Le Coquelicot sort sur le label Wagram.

    L'accueil du public est exceptionnel et en mars 2006, Yves Jamait fait à Dijon son premier Zénith, s'en suivra un autre quelques mois plus tard, un Casino de Paris et son premier Olympia le 2 juin.

    Jamait propose une poésie en musique à l'instar de ceux qui l'inspirent ou avec qui il partage la scène. Guitare, accordéon et textes à fleur de peau, Jamait a souvent été cantonné au rôle de casquetté de la chanson française.

    La solitude, les bars, la culture ouvrière, les soirs de cuite, l'amour, la séparation, la mélancolie sont en effet des thèmes récurrent de cet artiste dont on dit qu'il transforme les vicissitudes de la vie en hymne pour les humbles.

    Mais Yves Jamait est également un acteur de la chanson française d'aujourd'hui avec derrière lui des salles comme l'Olympia, la Cigale, Le Casino de Paris toujours combles et des tournées qui l'ont emmené sur la grande scène des Francofolies de La Rochelle, aux Nuits de Champagne, au Paléo Festival Nyon ou comme invité d'honneur du festival Alors...chante, de Montauban.

    Son compagnon de route artistique, Didier Grebot, après s'être occupé de la mise en scène et de la réalisation du deuxième album remplace Géraldine Bruyère en tant que manageur et l'emmène vers un troisième album Je passais par hasard fin 2008.

    Ce dernier, comme les deux précédents, sera certifié disque d'or.

    Le parapluie Y.Jamait.

    Adopté par sa région d'origine comme un emblème, il aime rappeler son amour pour sa ville natale, notamment dans la chanson Dijon qu'il a enregistrée et portée jusqu'à New York au cours d'un concert exceptionnel en 2009.

    Il participe aussi régulièrement à des initiatives locales pour des associations et pour la ville et a même fêté ses dix ans de carrière en Bourgogne. etc...

    petit résumé de sa biographie, ayant déjà fait d'autres articles sur Yves Jamait.

    Le parapluie Y.Jamait.

     

    Le parapluie Y.Jamait.

    « Lettre de démission :)L'âne de Buridan. »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Février 2015 à 21:00

    Merci de me le faire découvrir!

    Bisous

    2
    Jeudi 5 Février 2015 à 12:23

    J'aime bien son look de titi parisien et sa jolie voix.

    Vent et un rayon de soleil de temps en temps ici, vivement le printemps !

    Bonne journée Mary, amitiés à +++

    3
    pontdevie-pivoine
    Jeudi 5 Février 2015 à 13:13

    Il était venu chanter pour une fête à Montmartre, si mes souvenirs sont bons, un de mes amis avait pris des photos. J'aime beaucoup son style de titi parisien et ses interprétations mais n'en suis pas fan (d'ailleurs je ne suis fan de personne, j'aime tout le monde un peu ou un peu plus, c'est selon).

    Merci à toi de lui consacrer un article, il en vaut la peine, c'est un bon artiste.

    Bises pleines de soleil de Paris. Pivoine

    4
    Andy
    Vendredi 6 Février 2015 à 09:41

    Très bel article,bonne musique, bien que je trouve

    cette version plutôt dans le style manouche  au tempo

    très rapide pas mieux que la version plus épurée de

    Tonton Georges. C'est bien quand même

    je t'embrasse très fort

    Andy

     

    5
    Mardi 10 Février 2015 à 00:19

    le vrai titi parisien dans toute sa splendeur....

    un musée vivant à lui tout seul

    super !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :