• Le tablier de grand-mère.

    Le tablier de grand-mère.

    C'est une histoire ma foi véridique reçue par un contact que je remercie.

    Mais je pense qu'elle est connue par un nombre de personnes habituées à un site du net...

    Et qui n'a pas eu une maman, une grand-mère affublées d'un tablier afin de préserver les habits pendant certaines tâches plus ou moins risquées.

    J'ai toujours vu ma maman du plus loin que je remonte en mémoire, revêtue d'un tablier, et ce n'était pas encore une grand-mère.

    Comme la jeune fille ci-dessous à gauche lorsqu'elle travaillait en confection, eh oui pour ne pas abimer les vêtements quoiqu'ils ne craignaient pas grand chose, c'était plutôt joli je trouve, et à la mode...

     

    Le tablier de grand-mère.

     Le tablier de grand-mère.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'oublie de dire que la jeune fille, grand-mère maintenant, endosse rarement un tablier. 

    Donc ci-dessous l'histoire du tablier de grand-mère

     

     

    ****

    Te souviens-tu du tablier de ta grand-mère ?

    Le principal usage du tablier de grand-mère était de protéger la robe en dessous, mais, en plus de cela, il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau.

    Il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants et, à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses sales.

    Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les oeufs, à réanimer les poussins, et parfois à ramasser les oeufs fêlés qui finissaient dans le fourneau.

    Quand les visiteurs arrivaient, le tablier servait d'abri à des enfants timides.

    Et, quand le temps était frais, grand-mère s'en emmitouflait les bras.

    Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet agité au-dessus du feu de bois.

    C'est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine.

    Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes.

    Après que les petits pois aient été récoltés, venait le tour des choux.

    En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l'arbre.

    Quand les visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce tablier pouvait faire de la poussière.

    À l'heure de servir le repas, grand-mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes aux champs savaient aussitôt qu'ils devaient passer à table.

    Grand-mère l'utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes, à peine sortie du four, sur le rebord de la fenêtre pour qu'elle refroidisse.

    De nos jours, sa petite fille la pose dans le micro-ondes pour la décongeler.

    Il faudra de bien longues années avant que quelqu'un n'invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses.

    En souvenir de nos grands-mères, envoyez cette histoire pour faire connaître l'histoire du tablier !

    Le tablier de grand-mère.

    « C'est le temps qui passe !Les secondes...du temps. »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    4
    brulin
    Mercredi 12 Juillet à 18:56

    le tablier de grand mere

    3
    Jeudi 8 Janvier 2015 à 13:57

    Très joli blog merci pour ton message de réconfort il faut être fort 

    Amitiés 

     

    2
    Mercredi 7 Janvier 2015 à 21:54

    Ah! Pivoine, je la reconnais dans ces textes qui ravivent ses  propres souvenirs. J'adore voir revivre  ces coutumes. Merci chère Mary de ce partage et douce soirée.

    1
    pontdevie-pivoine
    Mercredi 7 Janvier 2015 à 12:48

    J'ai bien connu le tablier, mes grands mères en portaient, ma mère en a porté aussi, tout comme mes tantes. En Auvergne c'était de rigueur car le tablier servait à tout comme tu le dis dans ton article. J'aimais l'odeur des tabliers de mes grands-mères et selon mon humeur je distinguais un parfum plus qu'un autre, une fois la pomme, une fois les légumes épluchés, la confiture, les gratons, bref, des odeurs qui restent dans les souvenirs des enfants et même maintenant çà me revient.

    Quand j'étais à l'école primaire nous avions des cours d'enseignement ménager où l'on apprenait tout pour devenir une vraie ménagère, une vraie maman, une vraie cuisinière aussi et une vraie couturière. Le premier ouvrage à coudre a été un tablier de cuisine. Nous devions le dessiner et le réaliser avec des tissus de notre choix. J'ai encore le mien car j'avais été récompensée. Mais je ne l'ai jamais mis. Je ne mets jamais de tablier. L'artiste travaille sans filet !

    Bonne journée ici sous un épais brouillard qui ne veut pas se lever depuis hier soir.

    Bises.

    J'aime tes articles qui amènent toujours une petite discussion.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :