• Le vieux cahier oublié !...

    Le cahier oublié !...

    Sarah est âgée et, dans un cahier où des mots s'alignent griffonnés il y a des décennies, se trouvent des petits textes qu'elle relit de temps à autre.

    Parfois, elle ferme les yeux et pense ; elle sourit seule ou quelque fois des larmes  filent lentement sur son visage...

    Puisque c'est son cheminement passé écrit noir sur blanc et son futur n'est plus très long, alors, comme elle n'écrit plus, elle se raconte en pensées, parcourt son cahier, comme hier où elle ne se rappelait plus que ces lignes lui appartenaient.

    Comme celles-ci écrites un jour de grande mélancolie :

    C'était mon anniversaire hier, de toute évidence, un jour comme les autres, et pourtant je sais la joie immense qu'eurent mes parents, lors de ma venue au monde, eux qui se désespéraient, d'avoir une fille !

    Les années passées, je pense toujours à mon père, être exceptionnel parti trop tôt, trop vite.

    J'en suis encore empreinte de tristesse, peur, crainte de ne pas l'avoir assez entouré de tendresse, qu'il méritait.

    Et ma mère, à qui j'ai tant besoin de parler lors de mes détresses,  face à mes déboires de mère souvent, trop souvent délaissée, oubliée.

    Alors, qu'est-ce un anniversaire, dans une année, voire des années de déclin ?

    Chacun mène sa barque et c'est normal.

    Mais peut-être un jour l'une d'elles ramènera un repenti que j'accueillerai avec plaisir et grande joie, mais reste-t-il assez de temps pour cela ?

    Année 1999.

    Le cahier oublié !...

    Ce matin il fait très froid, tu vois mon fils, les souvenirs affluent.

    De toute façon, en ce moment j'ai toujours froid.

    En mettant ce manteau magnifique que tu m'as offert un jour de Noël, je me remémore la phrase que tu m'as dite en me tendant le paquet, souriant d'un air  très doux :

      _ " Tiens, ma petite maman pour que tu ne m'oublies pas "...

    Je t'ai répondu, émue aux larmes :

     _" Merci mais, crois-tu qu'il faille cela pour que je pense sans cesse à toi ? "

    Et après toutes ces années passées, je pense toujours autant à toi, sans avoir besoin de mettre le manteau pour y arriver.

    Et je penserai à toi jusqu'à mon dernier souffle.

    Tu es mon enfant, et je t'aime.

    Novembre 1998.

    Le vieux cahier oublié !...

    Le cahier oublié !...

    « Suite dictons d'Octobre.Une petite cantate »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    8
    Lundi 26 Octobre 2015 à 19:24

           A bientôt . 

      Encore quelques jours en compagnie de notre fille ; demain balade dans le Morvan ( retour aux origines ! )

                             Biz  @mitiés   Ch , A.L et Alain .

     

    7
    Lundi 26 Octobre 2015 à 11:43

    Je suis trop sentimentaliste !!!!

    tu me fais pleurer !!..

     

    bisous Mary !!

      • Lundi 26 Octobre 2015 à 14:52

        La réalité d'une vie remplie d'aléas parmi de petites joies, eh oui tu es très sensible, biz amitiés, courage !

    6
    Lundi 26 Octobre 2015 à 08:51

    Bonjour Mary

    Très beau billet, merci pour ce partage.

    Bonne journée, bisous

    5
    DIDINE
    Lundi 26 Octobre 2015 à 07:47

       COUCOU...... je fais surface.....j'attends le soleil

    Bise à vous deux !!!

     

    4
    Lundi 26 Octobre 2015 à 07:01

    Bonjour Mary

    Quel beau et tendre billet , il m'a émue .

    Mais c'est surtout la fin qui m'a le plus touché .

    Je suis une maman et je peux ressentir les sentiments et l'émotion en te lisant ^^.

    Belle journée Mary

    De gros bisous 

    3
    Lundi 26 Octobre 2015 à 00:28

    Bonsoir Mary ! Un billet plein de tendresse ! merci ! Bonne semaine bisous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :