•  


    av-gr-et-enf-3-jpg.JPG

    C'est le poème qu'une maman a écrit à travers l'esprit de sa petite fille disparue à l'âge de dix huit mois.

    Cette petite fille a fait un arrêt cardiaque à l'âge de cinq mois dans la rue en plein hiver, et qui grâce à une patrouille de gendarmes, leurs réflexes et leur savoir-faire a été conduite à la clinique et a pu récupérer.

    Là où leur travail aurait dû s'arrêter, eux l'ont continué en s'occupant de la maman et en rendant visite à l'hôpital, ou en téléphonant pour prendre des nouvelles de la petite sous oxygène jour et nuit.

    Quand la petite fille s'est éteinte, ils étaient là, se relayant pour réconforter, et la maman a vu pour la première fois une larme couler.

    Des gendarmes, elle en a rencontré beaucoup, avec ou sans grade mais ils avaient tous la même compréhension et la même gentillesse.

    Car les gendarmes sont des êtres humains avec un grand cœur rempli d'humilité et générosité, et ne sont pas seulement là pour sévir mais pour aussi aider, prévenir, sauvegarder.

     

    Gendarme une larme a coulé !

     

    Donc elle a fait ce poème en leur disant :

     

    Merci...

     

    Dans le brouillard de Février

     

    Tu as tout fait pour me sauver

     

    Gendarme quand je t'ai rencontrée

     

    Toi seul m'a aidée

     

    A l'hôpital, souvent tu as téléphoné

     

    Pour t'informer de mon état de santé

     

    De maman tu t'es inquiétée

     

    Et à chaque fois, tu l'as réconfortée

     

    Lorsque au bout de mon année

     

    Je me suis endormie bien fatiguée

     

    N'aie pas honte de t'être laissé aller

     

    Car seule, maman t'a vu pleurer

    *

     

     

     

     

     

    Fichier hébergé par Archive-Host.com

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire