•  

    Etincelles dans le regard.

     

     
    Cela faisait des mois que je n'étais pas retournée à la résidence où mon amie a vécu quatre années, pendant lesquelles c'était deux fois par semaine que j'allais lui rendre visite.

    Par la même occasion je rencontrais les autres résidents avec qui je discutais avant de rejoindre l'appartement de mon amie.

    Des affinités se formant, nous papotions plus souvent dans le salon-cafétéria, l'un narrant ses voyages, un autre résident racontant son parcours de travail, d'autres leur petit train-train quotidien, aussi des jérémiades sur la nourriture, ou n'importe quel sujet, ça les " défoulait " la présence apportée.

    Alors je suis allée il y a quelques semaines, vers quatorze heures pensant retrouver toutes ces personnes.

    D'abord je suis franche un pincement au cœur m'a saisi dès l'entrée puis j'ai respiré un bon coup, et hop suis entrée dans le salon, et là j'ai vu des étincelles d'étonnement dans les yeux où se reflétait aussitôt du plaisir, comme lorsqu'on offre un bonbon à un enfant.

    J'ai constaté le manque de résidents, il n'y avait que six personnes assises, à ne rien faire, pensant certainement à leur longue route derrière elles.
     
    Les embrassant j'ai senti un léger frémissement de contentement, un besoin de se savoir entourées.

    Beaucoup de personnes sont dans l'autre partie de la résidence, devenues dépendantes, ou parties définitivement.

    Nous avons bien discuté autour d'un café, même si souvent la même question était posée j'en faisais l'impasse et répondais.

    C'est fou, mais ces personnes seules demandaient des nouvelles de mes enfants, comme si elles les connaissaient, j'ai compris que ma chère amie disparue parlait souvent d'eux.

    Mon amie leur manque beaucoup, c'est logique, elle était  si gentille, avenante.
     
    Cet après midi passé à la résidence m'a fait mal au début, puis m'a redonné le goût d'y retourner, pour revoir une petite   étincelle briller, apporter du " dehors " pour leur " dedans."

    Là-haut mon amie m'approuve je le sais, car elle appréciait surtout une dame qui n'a plus envie de rien, qui dit toujours qu'elle attend de partir.
     
    Pour elle et les autres, j'essaierais de retourner les visiter.
     
     
    1784738026
     
     

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique