• Souvenirs de 1944...

    Quand  le Nord en mille neuf cent quarante quatre la guerre cessa après des années de souffrance, de peurs, de manque de tout ce qui est primordial à la survie la liberté de circuler dans les rues, ne plus rester dans le noir même le jour, car sur les fenêtres étaient posés des morceaux genre fin lino noir, ce fut la liesse dans chaque ville.

    J'avais cinq ans à peine lors de l'arrivée des soldats américains qui firent sensation dans le quartier où j'habitais.

    De grands fort gaillards, des noirs et des blancs tous attentionnés auprès des habitants qui jusque là vivotaient avec les tickets de ravitaillement.

    Je me rappelle et là c'est une sensation bizarre car ça fera sourire, mais c'est réel, les américains distribuaient des chewing-gum, et des tablettes de chocolat et c'est le goût de celui-ci que j'ai encore en mémoire comme si c'était le meilleur du monde.

    Les biscuits durs que même trempés ne se ramollissaient pas étaient une manne pour les enfants comme pour les adultes, privés de tant de choses pendant des années.

    Ma maman m'a grondé quand  elle vit la première fois dans ma main une tablette de chocolat eue par un soldat, car fière malgré le peu de moyens elle était gênée de recevoir des choses rares à cette époque.

    La guerre a laissé des traces sur les routes, dans les maisons, dans les familles, et dans les coeurs meurtris pour toujours. 


     


    « Calme soir fleuri.Ce soir c'est pas top !... »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :