•  

    Tu me manques, où que j'aille, d'où que je vienne, le matin, tout le long du jour et le soir encore plus !

    Quand, seul, je pleure, ou de peine ou de joie, tu me manques, ô combien tu me manques, tu me manques près de moi !

    Son oiselle ne manque pas autant à l'oiselier, pris au piège; Sa mère ne manque pas autant à l'enfant, ni l'enfant à sa mère.

    J'entends chanter, il est vrai, et le son de l'orgue ne me manque pas,  oh  non  mais ton chant manque au chant de l'orgue, et il me manque aussi.

    Tu me manques, lorsque le mensonge vient en souriant vers moi, comme tu souriais jadis, en m'apportant tes vers, en emportant mes vers.

    Tu me manques encore...

    Ai-je besoin de te dire où ?...

    Hélas je t'ai si souvent rencontré dans le mystère de cette église !...

    C'est là que tu me manques, c'est là surtout que tu me manques, et je pleure. Plus d'espoir de retour, plus aucun espoir.

    Plus d'espoir, plus aucun espoir, si petit qu'il soit, ne me reste dans cette vie, mais dans le sein de la bonne mort, tu ne me manqueras pas, n'est -ce pas ?

    Extrait d'un texte dédié à l'ami absent

    de

    Guido Gezelle

    1882

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique