• Tu aurais cent quinze ans.

    Tu aurais cent quatorze ans.

         

    Ma chère maman ce jour tu aurais cent quinze ans, mais  depuis  l'âge de quatre vingts ans ton corps repose dans ce cimetière où il fait toujours froid.

    Toi qui avais toujours sur ton visage au regard droit bleu pâle un sourire bienheureux, malgré les nombreux chagrins accumulés.

    Tu disais que c'est ainsi, que le destin est tracé depuis la naissance, qu'il faut assumer, et continuer toujours la route même si parfois le courage nous abandonne.

    Toi qui a soigné papa durant de nombreuses années, en élevant six enfants " deux sur la fratrie de huit étant décédés petits "  dans une période tourmentée d'après guerre.

    Tu ne te plaignais jamais, même lors de tes opérations graves tu souriais quand j'arrivais à l'hôpital pendant l'heure du repas délaissé, enfourchant la bicyclette pour parcourir les km d'une ville à l'autre, te laissant croire que j'avais emprunté le tramway trop onéreux à mon goût, mais qui te rassurait.

    Tu étais rarement fâchée, disant que le principal est d'être en vie, de marcher, d'entendre et de voir, tu savais la raison ayant un frère aveugle, et plus tard un fils accidenté perdant la vue.

    Tu es restée seule très tôt papa nous ayant quittés, rongé par sa maladie, et jamais tu ne t'es laissée abattre, continuant ta route avec mon frère et moi très jeunes pour panser ta douleur qui était aussi la notre.

    Tu as perdu des fils, et ça c'est terrible car ce n'est pas aux parents d'enterrer leurs enfants, c'est contraire à la norme des choses de la vie.

    Tu vois maman je ne voulais pas écrire ce jour de poème, ni même écrire sur toi, mais la soirée arrivant voilà le blues qui m'assaille.

    Tes petits enfants pensent à  toi avec tendresse, remémorant des souvenirs, ton rire, tes gentilles attentions.

    Toi maman irremplaçable, combien tu me manques encore maintenant malgré mon grand âge presque à la fin du chemin que tu as commencé pour moi.

    Les années s'écoulent et pas un jour ne passe sans que nous parlons de toi, il ne peut arriver quelque petit évènement sans que ton nom ne vienne à l'esprit.

    Ta naissance le quatre avril fait de ce jour un anniversaire où devant le cadre contenant ta photo sur laquelle ton sourire éclaire, il y a toujours une fleur tout bas je murmure  :

    _ " Maman je t'aime, tu es toujours présente en mon coeur "

    ***

    Tu aurais cent quatorze ans.

     

    Tu aurais cent quatorze ans.

     

     

     

     

     

     

     
    « Machos en 1960 ?Comme une bouteille à la mer... »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Flo
    Samedi 4 Avril 2015 à 20:08

    Une maman c'est pour toujours, Bisous Marie

    2
    Samedi 4 Avril 2015 à 21:16

    Flo la belle, merci infiniment d'être passée, bisous et douce soirée.

     

     

    3
    Lundi 4 Avril 2016 à 14:09

    bonjour Mary.

    tu rend un bel hommage a ta Maman par cet  écrit et avec cette douce chanson.

    Une Maman nous a n'avons qu'une l'aimer ,la chérir et l'aider a vieillir paisiblement c'est notre devoir nous ses enfants.

    bon début de semaine .bise.  Kettyn.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    4
    Lundi 4 Avril 2016 à 17:59
    Très bel hommage à ta maman, une grosse pensée pour elle bises caty
    5
    Lundi 4 Avril 2016 à 21:21

    Bonsoir Mary

    Une maman on ne l'oublie pas et elle manque parfois beaucoup. La mienne est morte en 1971 je venais d'avoir mes enfants.

    Bonne nuit Bisous

    6
    Mardi 5 Avril 2016 à 00:46

    Je comprends la douleur qui t'habite...

    moi qui ai encore la mienne, sans être vraiment là...

    tu comprends ma douleur aussi..

    mon père est parti il y a treize ans maintenant...

    eux aussi ont enterré un fils trop tôt, mon grand frère que je n'ai pas connu..

    bises MARY et courage !

     

    7
    Mardi 5 Avril 2016 à 06:10

    Bonjour Mary

    Je suis très émue de lire ton hommage à ta maman .

    On recent tout l'amour que tu lui as porté et que tu lui portes encore .

    Mes parents ont eu aussi la douleur de perdre un enfant , mon frère Philippe avait 12 ans .

    C'est une douleur atroce que de devoir dire adieu à son enfant .

    Je te souhaite une belle journée .

    De gros bisous Mary

    8
    Mardi 5 Avril 2016 à 13:35

    C'est un bien bel hommage à ta maman !!

    Gros bisous Rozy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :