• Vive le progrès.

    Vive le progrès.

     

    Tout le monde s'accorde  en ce moment à dire que le coût de ce qu'on achète  est cher, alors quand je me remémore les années 50/70 voire même un peu plus tard, eh bien en faisant 49 heures par semaine de travail, il était difficile de joindre les deux bouts.

    Bien sûr il n'y avait pas autant de choses, moins de magasins, on n'avait pas trente six pulls  sous vêtements et chaussures, pas de télévision, ni vacances...

    Quand je discute avec mes  petits enfants ( grands ),  leur disant que la vie était plus dure avant, j'ai l'impression d'être d'une autre planète, et pourtant c'est réel.

    Il n'y avait aucun superflu, on ne jetait pas de nourriture, on améliorait les simples repas en faisant des ragouts de légumes avec peu de viande, des desserts et goûters  tels des puddings avec le pain sec, je faisais des gâteaux avec la crème récupérée sur le lait de ferme bouilli, des piles de crêpes, des énormes gâteaux de semoule de blé, car il fallait nourrir la " marmaille" mais aucun des enfants était difficile.

    De surcroît il fallait payer les médicaments lors de maladies, et attendre quelque temps pour être remboursé une partie.

    Pas de chéquier, ni carte bancaire, les payes étaient en billets et pièces dans une enveloppe, on attendait avec impatience la venue du facteur le jour du paiement des allocations familiales, et pour percevoir le montant de la sécurité sociale il fallait aller à la caisse de sécu, prendre un ticket, attendre son tour pour toucher la somme à moitié due pour les frais médecin et médicaments...

    Comme du temps de mes parents, étant la seule fille, j'héritais des pulls de mes frères, et c'était ainsi dans de nombreux foyers dans ces années là !...

     

    *****

    Vive le progrès.

     

    Un peu d'humour ci-dessous

     

    En 1962 :

    _Tu vas chercher du lait chez le crémier, qui te dit bonjour avec ton bidon en alu, et tu prends du beurre fait avec du lait de vache coupé à la motte.

    Puis tu demandes des œufs qu’il sort d’un grand compotier en verre.

    Tu payes avec le sourire de la crémière, et tu sors sous un grand soleil.

    Le tout a demandé 10 minutes.

     ****

    Vive le progrès.

      Maintenant :

    _Tu prends le caddie de  " merde " dont une roue est coincée et qui le fait aller dans tous les sens sauf celui que tu veux, tu passes par la porte qui devrait tourner mais qui est arrêtée parce que un benêt l’a poussée, puis tu cherches le rayon crèmerie où tu te les gèles, pour choisir parmi 12 marques le beurre qui devrait être fait à base de lait de la communauté.

    Et tu cherches la date limite.

    Pour le lait tu dois choisir avec des vitamines, bio, allégé, très allégé, nourrissons, enfants, malades, ou mieux en promo avec la date dessus et la composition.

    Pour les œufs tu cherches la date de la ponte, le nom de la société et surtout tu vérifies qu’aucun œuf n’est fêlé ou cassé, et paf, tu te mets plein de jaune sur le pantalon.

    Tu fais la queue à la caisse puis la dame devant a pris une promo qui n’a pas de code barres alors tu attends, et tu attends.

    Puis toujours avec ce foutu caddie  "de merde " tu sors pour chercher ton véhicule sous la pluie, tu ne le retrouves pas car tu as oublié le numéro de l’allée.

    Enfin après avoir chargé la voiture, il faut reporter l’engin pourri où là, tu vas t’apercevoir qu’il est impossible de récupérer ton jeton, tu reviens à ta voiture sous la pluie qui a redoublé.

    Cela fait plus d'une heure que tu es parti.

     

    Vive le progrès.

    « Chanter pour ceux qui s'aiment.En Normandie. »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 09:52

                                              Bonjour Marie

    Tu m'as fait sourire avec ton billet sur le progrès

    Comme s'il s'agissait d'un sketch " On arrête pas le progrès"

    C'est vrai que ce n'est pas évident de se contenter des nouveaux produits vendus actuellement

    Passe un bon mercredi en ce 20 Novembre

    Amitié

    Jean

    2
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 10:21

    On y revient, ma poule. C'est pour 2050, 2060.

    Ca ne me déplaira pas (si je suis encore en vie) de faire les courses à pied, au producteur du coin, lorsqu'il n'y aura plus d'essence, plus de voitures, plus de trains, d'avions, de bateaux, de tél portable, de télé, d'ordinateur, etc.  Finalement, on retrouvera l'atmosphère des années 50/60 où nous étions juste connectés à notre bonne humeur et à nos chansons. Nous qui avons connu ça, on se réadaptera sans problème ; ce sera plus dur pour les jeunes générations, qui sont nées un smartphone dans la main et une antenne de TF1 dans le cul. Voyons le bon côté des choses. Dans un avenir immédiat (c'est le métier de mon fils), les métiers des grandes surfaces vont disparaître au profit des robots et autres caisses automatiques. Mais un jour ils reviendront. Quand les hommes auront compris que l'être humain est irremplaçable.  Soyons positifs en tout.

    Merci Marynord pour ce bon moment.

    3
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 10:25

    Bonjour Marynord

    MDR... et pourtant vrai c'est comme ça !
    moi supermarché je les évites j'aime mon marché du samedi matin où les gens sont cool gentils même par tout temps c'est mieux que de prendre un caddy de merde comme tu dis pour le reste j'ai un magasin ACTION on trouve tout à prix moitié de Cora etc., pour vêtement je vais en boutique, en ville cela fait marcher les petits commerces, je n'achète pas sur internet avis aux pièges si tu n'as pas de logiciel de non suivi tu re retrouve avec des spams plein la boîte car ils repèrent où tu vas !
    après cela bonne journée amicalement bisou ;

    4
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 11:20

    Non ce n'était pas mieux avant mais c'était différent. 

    Déjà tu parlais dans les magasins avec les clients et la vendeuse, tu n'achetais que ce dont tu avais besoin. 

    Pour les vêtements j'avais ceux de la semaine et ceux du dimanche, maintenant essaie de faire ça aux mômes, ils vont te rire au nez. 

    Les charges ne sont plus les mêmes non plus, j'ai connu le temps où on pouvait ramasser du bois mort dans les bois pour se chauffer maintenant il faut tout acheter. 

    bises Mary et bon mercredi.

    5
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 14:40
    Une réalité ton billet idem pour moi la même chose le même vécu et oui c était pas si mal dans notre temps mais bon on vit avec les avancees des nouveautés et du progrès... Cc est la vie notre vie bonne après midi bisous
    6
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 16:19

    Bonjour Marynord, 

     C'est vrai tout ça, j'aimais mieux mon temps ou il n'y avait pas tout ce bazar  d'intermarché, cora et autres grandes surface, des attrape -sous , j'ai horreur du cora,  mais je vais au grand frais pour tous mes légumes et fruits c'est bien on trouve de tout, ensuite je passe a action c'est a côté du grand frais, puis leclerc  aussi a côté pour mes autres course  c'est le  magasin le moins cher , je fais mes courses une fois par semaine,  et cela me suffit,  mais je me suis bien amusée a te lire, une vraie histoire du rire,   réelle celle là puisque tout est vraie,  on est 6 filles chez nous donc on ne jetais rien on allait au lait avec le bidon tous les soirs, maman  faisait les gâteau avec la crème du lait si on ne l'avait pas mangée avant, on était coquine nous les filles, mais maman ne disait  rien on ramassait tout au jardin  même les fruits ou la confiture  sur la table le matin  pour nos tartines, le pain  on faisait des croutons pour la soupe,  on vivait bien et on était bien heureux comme ça, aujourd'hui, on ne vit plus, tout est cher, on n'y arrive plus du tout ,  passe une bonne soirée, gros bisous de moi Marie

    7
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 17:12

    coucou mary

    bravo pour ta bonne réponse du petit jeu

    passe une belle soirée au chaud

    gros bisous

    8
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 17:22

                                                 Bonsoir Marie

    Merci pour ton commentaire sur BRASSENS

    Eh Oui c'est bien du Brassens

    Je prends plaisir à essayer d'analyser certaines de ces chansons

    Comme " la non demande en mariage" sur le pourquoi il ne s'était pas marié ?

    Chez Jeanne, la Jeanne, c'était bien de celle-là dont on parle je pense.

    Passe une très bonne soirée

    Amitié

    Jean

    9
    Mercredi 20 Novembre 2019 à 20:54

    Hi ! hi ! Mary,

    Tu me fais rire avec cette article.

    Hé oui, tout à fait d'accord avec toi.

    C'était exactement ainsi.

    C'est ce que notre génération à connu

    Merci pour ce grand retour en arrière.

    La vie passe tellement vite !

    Bisous et bonne soirée

    Aimée

    10
    Jeudi 21 Novembre 2019 à 07:03

    bon jeudi mon amie bisous bisous 

    11
    Jeudi 21 Novembre 2019 à 07:31

    On avait nos petites épiceries de quartier, on y achetait le minimum de marchandise, le reste le jardin nous le fournissait, de temps en temps le père tuait un lapin ou une poule pour le dimanche de fête, c'est vrai l'argent ne coulait pas, il fallait compter chaque sou, la paie tombait deux fois dans le mois, un accompte le 15 et la paie à la fin du mois, il y avait que le dimanche pour se reposer, c'était 8 à 10 heures par jour, samedi compris et on arrivais encore à faire des heures supplémentaires, pour mettre du beurre dans les épinards.

    Malgré toutes ces difficultés on était heureux, dommage que nos enfants et petits enfants n'aient jamais connu ça, 

    Amicalement

    Claude

    12
    Mary-Anne
    Samedi 23 Novembre 2019 à 05:01

    C'est tellement vrai ! Merci pour ce passage qui m'a redonné le sourire !

      • Samedi 23 Novembre 2019 à 10:34

        Tant mieux Mary-Anne si cela t'a donné le sourire car essaie de le garder il est si joli, merci pour la visite...

        Mamie.

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :